Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de ildblog

Mes amours 5.3.81 : Chronique de "Caylus"

4 Mai 2014 , Rédigé par ildblog Publié dans #Mes amours 5.3.X : Chronique d'un jeu de société

Dernier gros jeu essayé avec Delphine pendant ces dernières vacances de Pâques : "Caylus", créé en 2005 par William Attia. Cela faisait longtemps qu'il figurait dans ma collection et trônait dans mon armoire, et j'avais très envie de l'essayer, d'autant que je l'avais volontairement acheté en version Premium limitée auprès du site Internet de l'éditeur Ystari. La première chose qui saute aux yeux est, vous l'aurez compris, la beauté du matériel : plateau somptueux, tuiles épaisses et joliment ornées, les deniers (pièces) en métal contenus dans une belle bourse en tissu - bref, un jeu digne d'être exposé à côté de mon "Puerto Rico" en version DeLuxe. Mais alors, pourquoi autant d'attente avant le premier essai ? Tout simplement à cause de la peur panique d'une règle du jeu vantée comme complexe. Et au final, complexe à la lecture, certes, mais adoptée en deux tours chrono !

 

"Caylus" place 2 à 5 joueurs au temps du Roi Philippe Le Bel en l'an 1289, où les joueurs sont des maîtres d'oeuvre qui ambitionnent de transformer la modeste bourgade de Caylus en une magnifique ville grâce à l'édification de son château : le vainqueur sera celui qui aura amassé le plus de points de prestige (PP). Mais auparavant, il faut jouer, et avant de jouer, il faut installer le jeu : marqueurs de couleurs sur la piste de score, la piste d'ordre du tour, près du pont, et sur le tableau de faveurs du Roi ; puis, on mélange les 6 tuiles neutres roses et on les installe face visible sur les 6 premières cases de la route menant au château, avec les pions Bailli et Prévôt sur la dernière d'entre elles ; enfin, chaque joueur reçoit les pions Ouvriers et Maisons de sa couleur et entre 5 et 7 deniers selon sa position sur la piste d'ordre du tour et 3 cubes (1 de bois et 2 de nourriture), tandis que le reste des cubes de ressources et les tuiles de bâtiments marrons, gris et bleus sont triés et placés à côté du plateau. Chaque joueur devra donc gagner des PP en développant l'activité économique et les moyens de production de la bourgade de Caylus, développer des bâtiments résidentiels (verts), ériger des bâtiments de prestige (bleus), et participer à la construction des trois parties du château de Caylus : Donjon, Murailles et Tours. Il ne faudra pas non plus négliger le tableau des faveurs du Roi, permettant d'obtenir des PP, des deniers, des cubes de ressources, ou l'utilisation exclusive de certains bâtiments.

 

Chaque tour de "Caylus" se décompose en 7 phases :

1) perception d'un revenu de 2 deniers - voire plus sous certaines conditions de propriété

2) placement alternatif des ouvriers de chaque joueur sur des bâtiments neutres, spéciaux ou fixes, sur un bâtiment lui appartenant ou appartenant à un autre joueur (ce qui rapportera 1 PP à ce dernier), ou au château - chaque placement est subordonné à un coût en deniers - jusqu'à ce que tous les joueurs aient fini et passent leur tour

3) activation des bâtiments spéciaux (entre le château et les bâtiments neutres) qui offrent certaines possibilités : déplacement gratuit d'un ouvrier, gain de 3 deniers, déplacement anticipé du Prévôt, faveur du Roi contre 1 denier + 1 cube de tissu, changement de premier joueur, paiement continu d'1 seul denier pour tout placement d'ouvriers

4) déplacement alternatif du Prévôt de 1 à 3 cases vers l'avant ou l'arrière afin de déterminer la totalité des bâtiments qui seront activés en phase suivante, depuis le château jusqu'à la case occupée par le Prévôt

5) activation des bâtiments dans l'ordre de la route, depuis le premier bâtiment neutre jusqu'au bâtiment où se trouve le Prévôt : les bâtiments peuvent servir à produire des matières premières (gagner des cubes), construire et posséder un bâtiment contre un coût en cubes (grâce à 4 tuiles spécifiques : le charpentier qui permet de construire des bâtiments marrons en bois, le maçon (marron) qui permet de construire des bâtiments gris en pierre, l'architecte (gris) qui permet de construire des bâtiments bleus de prestige, et le notaire (marron) qui permet de transformer un bâtiment neutre rose ou un bâtiment artisanal possédé par le joueur en bâtiment résidentiel vert, permettant de marquer 2 PP), ou acheter/échanger des cubes de ressources contre des deniers ou vice versa

6) construction des différentes sections du château pour les joueurs qui ont choisi cette partie du plateau : en échange d'un stock de cubes (3 différents dont 1 de nourriture), le joueur peut placer un pion maison de sa couleur dans une section du château. Le joueur peut gagner des PP s'il donne le maximum de lot lors d'une phase de construction, et aussi lors du décompte après l'achèvement de chaque section du château

7) déplacement du Bailli, de deux cases s'il se trouve avant le Prévôt sur la route, ou d'une seule case s'il se trouve après ou au même endroit que le Prévôt sur la route ; puis le Prévôt rejoint la case du Bailli. Si le Bailli a atteint ou dépassé pour la première fois l'une des cases de décompte des sections du château, l'on procède au décompte de ladite section

 

La partie se termine immédiatement après le décompte de la troisième section du château (les Tours) : aux points marqués tout au long de la partie s'ajoutent 3 PP par cube d'or restant, 1 PP par lot de 3 cubes restant (autres que de l'or), et 1 PP par lot de 4 deniers restant.

 

Notre première partie de "Caylus" a été aussi intense que passionnante. J'ai eu l'insigne honneur de la remporter en fondant ma stratégie sur le développement des bâtiments à tout prix, préférant les deniers aux PP dans le cadre des faveurs du Roi. Nous sommes tous les trois tombés d'accord pour dire que "Caylus" est un jeu aussi fluide que tactique, ce qui le rend grandiose. Penser un tour de jeu (soit 7 phases) nécessite de réfléchir sa stratégie, du placement de ses pions Ouvriers à l'anticipation de la dépense de ses deniers, en passant par l'usage de ses cubes de ressources, le tout en considérant sa position personnelle sur la piste d'ordre du tour, et celle des pions Prévôt et Bailli (l'horloge du jeu). Je n'hésiterai pas à le répéter - quitte à devenir familier : j'ai kiffé "Caylus" grave - pas seulement parce que j'ai gagné cette première partie, mais parce que le jeu s'est présenté devant moi comme un joyau d'intelligence et de plaisir, dans son écrin ravissant d'édition de luxe. Inutile de vous dire que je vous le recommande chaudement si vous ne le connaissez pas déjà ! Allez, pour finir, une petite photo :

Fin de la partie : non mais quel beau jeu !

Fin de la partie : non mais quel beau jeu !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article