Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de ildblog

Mes amours 5.3.41 : Chronique de "Tigre & Euphrate"

15 Juillet 2013 , Rédigé par ildblog Publié dans #Mes amours 5.3.X : Chronique d'un jeu de société

Mes amours 5.3.41 : Chronique de "Tigre & Euphrate"

Figurant depuis longtemps dans ma ludothèque, "Tigre & Euphrate" - créé en 1997 par Reiner Knizia - n'avait pas encore eu les faveurs d'une première partie. Ce fut chose faite le 30 juin dernier en présence de mes éternels et plus-que-fidèles amis Delphine, Jocelyne et David. Rappelons pour mémoire que le Tigre et l'Euphrate sont deux fleuves qui délimitent la Mésopotamie, l'un des berceaux de la civilisation...

Ce jeu de placement de tuiles donne pour objectif à chaque joueur de développer sa civilisation dans quatre domaines distincts : peuplement, temples, agriculture et commerce. La subtilité de la victoire réside dans son obtention : il faut avoir le score de PV (Points de Victoire) le plus élevé dans le domaine de civilisation le plus faiblement développé à la fin de la partie, ce qui signifie qu'il faut jouer dans chacun des quatre domaines aussi harmonieusement et équitablement que possible...

Il faut d'abord commencer par appréhender la différence entre territoire et royaume. Il faut ensuite garder constamment à l'esprit que les quatre pions de la dynastie menée par chaque joueur ont le même symbole en quatre couleurs différentes (selon le domaine de civilisation concerné) : on a tellement l'habitude de se souvenir que notre pion est de telle ou telle couleur dans d'autres jeux que celui-ci nous désoriente quelque peu. Puis l'on se lance dans la partie. Chaque joueur peut exécuter jusqu'à deux actions parmi quatre disponibles : placer ou déplacer un Chef, placer une tuile Civilisation, poser une tuile catastrophe, et changer jusqu'à six tuiles Civilisation de sa main...

Le souci, c'est que certaines actions sont soumises à des contraintes très précises : on ne peut pas poser les tuiles comme on veut, et on ne peut pas placer ou déplacer un Chef comme bon nous semble. Ensuite, il faut encore ingurgiter les notions de conflits internes et de conflits externes dont les conditions et la résolution sont aussi précises que délicates. Je n'oublie pas enfin la construction de monuments qui génèrent des PV et l'attribution des trésors qui serviront de jokers pour éventuellement rééquilibrer les scores de PV dans chacun des quatre domaines de développement. S'il n'y a plus qu'un ou deux trésors sur la carte ou s'il n'y a plus suffisamment de tuiles Civilisation dans le sac pour qu'un joueur en ait six devant lui, la partie s'arrête. Les joueurs établissent alors lequel d'entre eux est le vainqueur...

Certes, "Tigre & Euphrate" nous a semblé être un jeu complexe, mais son charme a cependant agi. Nous savions que le jeu serait technique, mais cela ne nous a pas empêché de l'apprécier pour autant : il faut simplement bien roder les règles et, à la manière de "Blox" (voir l'article http://ildblog.over-blog.fr/article-mes-amours-5-3-22-chronique-de-blox-105075904.html), tout devient logique petit à petit. Un jeu un peu plus costaud que je vous recommande cependant sans hésiter !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fée cocon 15/07/2013 16:51

Je n'ai pas joué à ce jeu mais j'étais spectatrice. C'est vrai que cela paraissait un peu compliqué aux premiers abords mais je m'y suis intéressée. Je pense qu'il faut jouer plusieurs parties pour se rôder.