Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de ildblog

Mes amours 5.3.22 : Chronique de "Blox"

13 Mai 2012 , Rédigé par ildblog Publié dans #Mes amours 5.3.X : Chronique d'un jeu de société

Image tirée du site ludocortex.fr

Image tirée du site ludocortex.fr

Dans mon article du jeudi 8 mars 2012 (intitulé "Is the sky the limit for board games ?!"), je vous avais brièvement expliqué que j'avais cédé à la folie d'achat de quatre jeux de société. Le premier d'entre eux était "Blox", créé en 2008 par Jürgen P. K. Grunau, Wolfgang Kramer et Hans Raggan. C'est ce jeu que je m'en vais vous chroniquer aujourd'hui.

 

Pourquoi ce jeu aujourd'hui ? Tout simplement parce que ma chérie et moi en avons fait une toute première partie hier soir, et que cette expérience nous a plu ! La première remarque que nous avons conjointement faite à propos de ce jeu après la partie était : "il est super fluide", ce qui le rend forcément encore plus épatant qu'il ne l'est déjà !

 

Bon, OK, je vous accorde qu'en regardant la photo ci-dessus, le jeu a l'air austère, rebutant, aseptisé, pas très beau - et je vous le concède allègrement : l'esthétisme n'est pas son fort. Pourtant, vous auriez tort de vous arrêter à son apparence, car il est absolument génial ! Même la règle du jeu, qui nous semblait peu accessible de prime abord, s'est en fait révélée assez simple et logique.

 

Le but du jeu est d'amasser le plus de points de victoire durant la partie. Pour amasser des points de victoire, il faut détruire des tours d'une certaine hauteur et construire des tours d'une hauteur supérieure à ces dernières durant quatre phases de jeu (trois phases lorsqu'on ne joue qu'à deux joueurs). Pour ce faire, il faut faire rentrer ses pions sur le plateau de jeu. La mécanique d'entrée et de déplacement des pions sur le plateau de jeu, et de destruction et de construction des tours repose sur l'utilisation des cartes de jeu - on en a toujours cinq en main avant de jouer - indiquant une couleur parmi les quatre couleurs dominantes du jeu (blanc, gris, noir, violet), mais l'on peut aussi faire ponctuellement appel à un joker pour pallier un déficit éventuel d'une couleur. Si une ou plusieurs cartes de la main d'un joueur ne sont pas à son goût, il peut en changer - ce qui lui permet en même temps de réactiver son joker s'il a été utilisé auparavant. On peut également éjecter des pions adverses en s'aidant de ses cartes (selon des modalités précises), ce qui, en plus de "dégager" le terrain, ramène également des points de victoire.

 

Les tours se construisent à l'endroit où se trouvent les pions des joueurs, d'où l'intérêt de faire rentrer le maximum de pions sur le plateau de jeu. Lorsqu'une tour est construite, le joueur reprend le pion qui l'a construite et il pourra réintroduire ce pion plus tard sur le plateau de jeu. Le tout est d'obtenir les couleurs de cartes nécessaires pour construire une tour avec les briques en sa possession, briques préalablement obtenues par la destruction de tours avec les mêmes pions présents sur le plateau de jeu après défausse des cartes nécessaires pour ce faire. Une ultime règle empêche les joueurs de monopoliser les briques détruites puisqu'un joueur qui a au moins sept briques en sa possession ne peut plus détruire d'autres tours avant d'en avoir construit une pour alléger son stock de briques.

 

A lire, c'est peut-être pas forcément évident, mais lorsqu'on joue, la mécanique est, comme je l'ai déjà écrit en début d'article, très fluide et logique. Ma chérie et moi avons ainsi pu affiner notre compréhension du jeu en décrivant à haute voix ce que nous faisions à chaque tour afin de vérifier que tout se faisait selon les règles. Bref, sous des aspects un peu froids, "Blox" est un chef d'oeuvre de tactique et de stratégie que je vous recommande chaudement !

 

Du coup, je me dois de terminer mon article en y mettant une signature spéciale :

 

écrit par Ildblox !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article