Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de ildblog

Mes amours 5.3.37 : Chronique de "Hanabi"

24 Février 2013 , Rédigé par ildblog Publié dans #Mes amours 5.3.X : Chronique d'un jeu de société

hanabicyberfab.fr.jpg

(image tirée du site cyberfab.fr)

 

J'ai essayé ce jeu hier soir avec ma chérie et mes fidèles amis joueurs David, Jojo et Delphine, et comme son adoption fut unanime, je me propose d'en parler dans mon blog aujourd'hui. Ce jeu, c'est "Hanabi", créé en 2010 par Antoine Bauza.

 

"Hanabi" est un jeu de cartes tout bête, le genre de jeu simple mais au principe diaboliquement efficace et accrocheur. Il faut tout de suite préciser que "Hanabi" est un jeu coopératif dans lequel tous les joueurs sont unis contre le jeu : mine de rien, ça change la façon de jouer et ça offre un nouveau rapport avec ses camarades de jeu !

 

Dans "Hanabi", les joueurs sont des artificiers dont l'objectif est de faire le plus beau feu d'artifice qui soit. Chaque joueur se voit recevoir 4 ou 5 cartes (selon le nombre total de joueurs), cartes qu'il doit tenir devant lui au vu des autres joueurs mais sans les voir lui-même. Sur la table, il y a la pioche qui constitue l'horloge du jeu (une fois épuisée, elle sonne la fin imminente du jeu), 8 pions bleus dans le couvercle du jeu et 3 pions rouges à l'extérieur du couvercle. Le but est de créer des séries de cartes d'une même couleur et de valeur croissante (1-2-3-4-5 en rouge, jaune, vert, bleu et blanc qui correspondent aux différents feux d'artifice). Chaque joueur pendant son tour doit effectuer une action parmi trois. La première : donner une info sur le jeu d'un autre joueur, en lui pointant toutes les cartes d'une même valeur ou d'une même couleur dans sa main - cela coûte 1 pion bleu à sortir du couvercle. La deuxième : se défausser d'une carte de sa main au choix - ce qui ramène 1 pion bleu dans le couvercle - et en reprendre une dans la pioche. La troisième : poser une carte de sa main afin qu'elle commence ou complète une série de cartes "feu d'artifice" dans l'ordre croissant des valeurs sur la table - mais si ce n'est pas le cas, 1 pion rouge est ajouté dans le couvercle (et si les 3 pions rouges sont dans le couvercle, le jeu s'arrête). Une fois cette carte ajoutée à une série ou défaussée en cas d'échec, le joueur en reprend une dans la pioche.

 

Le jeu est donc un échange constant entre les joueurs qui doivent se donner des informations pertinentes pour constituer des séries de cartes atteindre le score maximum (voire un score parfait), sans pour autant chercher à faire des commentaires ou à influencer les autres joueurs, ce qui est strictement interdit par la règle du jeu. La phase de rodage passée, on se rend vite compte que "Hanabi" est un jeu assez vicieux. Le temps semble passer tranquillement, mais les aléas nous rattrapent vite : plus aucun jeton bleu dans le couvercle pour donner une info à un autre joueur, la crainte d'oublier les infos déjà capitalisées au fur et à mesure des tours de jeu, la rage éprouvée lorsqu'on défausse volontairement une carte qui aurait pu commencer ou compléter une série sur la table, les pions rouges qui menacent en cas de risque inapproprié, la pioche qui s'épuise doucement mais sûrement. Bref, "Hanabi" met une petite pression sur le groupe de joueurs et l'ambiance est garantie ! Ce qui signifie qu'il vaut mieux jouer avec des personnes que l'on connaît bien, ce qui dégagera une atmosphère plus sereine...

 

Un excellent jeu, donc, et pas jouable uniquement un 14 juillet !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

fifille 24/02/2013 13:35

ahah ! ce jeu à l'air amusant, la solidarité mais l'ennuie d'avoir des tetes de linotte comme partenaire ! je me ferais lyncher moi ! :)

Des bisous