Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de ildblog

Mes amours 5.3.13 : Chronique de "Can't Stop !"

27 Août 2011 , Rédigé par ildblog Publié dans #Mes amours 5.3.X : Chronique d'un jeu de société

Image tirée du site jeuxdenim.be

Image tirée du site jeuxdenim.be

Eh bien ! Cela faisait longtemps que je n'avais pas chroniqué un bon petit jeu de société ! C'est ça, le problème, quand on doit gérer les multiples catégories d'un blog : il faut essayer de n'en négliger aucune. Bon, j'arrête de me la péter et j'y vais !

 

Créé en 1981 par Sid Sackson, "Can't Stop !" est un jeu de pur hasard qui procure un pur bonheur. Le but est de faire gravir des chemins d'une montagne à des bonzes contrôlés par tous les joueurs et de se rendre personnellement maître de trois sommets de cette montagne. Les chemins sont des nombres entre 2 et 12, des totaux qu'il faut atteindre avec les quatre dés en les groupant deux par deux. Par exemple, mon lancer de dés donne les quatre faces suivantes 2, 3, 4, 5 : je peux avancer deux bonzes sur les chemins 5 (2+3) et 9 (4+5) ou deux bonzes sur les chemins 6 (2+4) et 8 (3+5) ou un même bonze deux fois sur le chemin 7 (2+5 et 3+4).

 

Seulement voilà, une fois que les bonzes sont positionnés sur des chemins, ils ne peuvent plus en changer, ce qui signifie que les lancers de dés suivants doivent donner au moins un total en accord avec les chemins sur lesquels ils se trouvent. Bien sûr, vous n'êtes pas obligé de gravir un chemin en un coup, vous pouvez procéder par étapes : si vous décidez de vous arrêter de jouer, vous pourrez poser un pion de votre couleur qui sera un point de repère lorsque vous voudrez repartir plus tard pour l'escalade du chemin en question. Ah ! J'avais oublié de vous dire : si aucun total de dés ne correspond aux chemins sur lesquels se trouvent vos bonzes, vous perdez le bénéfice de votre avancée et ne posez aucun pion de votre couleur : horrible et rageant ! Règle ultime du jeu : pour se rendre maître d'un sommet, il faut y faire arriver un bonze et s'arrêter volontairement de jouer pour y déposer un pion de votre couleur (logique, mais aussi rageant !).

 

Bref, on est sans cesse tiraillé entre la volonté d'aller le plus loin possible et la peur de prendre des risques, voire de perdre toute sa progression en un lancer de dés aussi rapide que fatal. L'ambiance entre joueurs peut grandement contribuer au plaisir de jeu : lorsqu'un joueur hésite avant de relancer les dés, les autres n'hésiteront pas à l'encourager faussement en espérant qu'il se plante - et s'il se plante, ils n'hésiteront pas à s'exclamer bien fort "Oh la la la la !" ou "Que c'est dommage !" ou "C'est vraiment bête !" ou pire encore !

 

Bon, c'est un jeu de hasard : ça veut dire que ceux qui pensent avoir la poisse se plaindront systématiquement de perdre et hueront les autres qui gagnent parce qu'ils ont toujours de la chance. Vous auriez cependant tort de vous priver de cet excellent jeu, car il en vaut la peine : il vous fera atteindre les sommets du plaisir ludique (oui, je sais : elle était facile à faire...).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article