Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de ildblog

L'électro m'élut tôt, partie 3

2 Juillet 2013 , Rédigé par ildblog Publié dans #Mes amours musicales

L'électro m'élut tôt, partie 3

Pour ce premier article composé après la mise à jour de mon blog, je reviens vers la musique électronique...

J'étais encore bien jeune quand je découvris Space Art, formé d'un duo de compositeurs pionniers nommés Dominique Perrier et Roger Rizzitelli. Ce fut le vinyle 33 Tours Trip in The Center Head qui constitua mon introduction à ce groupe électro. La musique reposait sur un agencement brut de différents instruments synthétiques, mais comme toujours, ce sont les mélodies auxquelles j'ai tout simplement accroché. Mais au contraire de Jean Michel Jarre et de Vangelis qui restèrent des piliers dans ma construction musicale, Space Art tomba dans l'oubli...

Ce n'est que bien des années plus tard, lorsque revenant chez moi et jetant un coup d'oeil aux vinyles 33 Tours en notre possession près de la bonne vieille platine, que je revis cette pochette au look si particulier. Ce fut l'occasion pour moi d'y rejeter une oreille (ben oui, j'écoute avec mes oreilles, pas avec mes yeux !) et de me remémorer bien des choses...

Et quelque temps après, Spalax (un éditeur musical) se mit à rééditer deux albums de Space Art : Trip in The Center Head et Onyx. Les albums ainsi édités en CDs me permirent de découvrir en même temps les bonus tracks absents des versions vinyles. La curiosité me poussa à vérifier si je possédais l'intégrale de la discographie de Space Art, mais il manquait encore une pièce au puzzle : le troisième vinyle 33 Tours intitulé Play Back - album que je procurai sur ebay. Pour info, ces trois albums de Space Art sont téléchargeables sur iTunes...

Mais pourquoi, ô pourquoi, n'en parler qu'aujourd'hui ? Eh bien, Dominique Perrier, le seul membre du groupe encore en vie, s'est lancé dans la composition d'un nouvel album CD de Space Art intitulé Tribute, The Dominique Perrier Project, album que j'ai reçu hier. J'en suis à la troisième écoute consécutive et je dois dire que la patte de Space Art demeure bien présente, même si ce son apparaît un peu plus désuet aujourd'hui en 2013 qu'à la fin des années 1970. Cependant, si j'avais déjà exprimé mon enthousiasme fort modéré vis-à-vis de Téo & Téa (le dernier album de Jarre), je dois reconnaître que Tribute conserve le charme kitsch de ses grands frères, comme si Dominique Perrier avait réussi à conserver intacte la magie de la grande époque du groupe.

A bientôt !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article