Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de ildblog

L'homme authentique en spectacle

10 Novembre 2011 , Rédigé par ildblog Publié dans #Exclame-toi - parasite ! (= critique)

220px-Trumanshow.jpg

(image tirée du site Wikipedia)

 

Encore un film que je classe dans le Top 5 (eh oui !) de mes films favoris (et ce, dès sa sortie cinéma en 1998), j'ai nommé : "The Truman Show", réalisé par Peter Weir.

 

L'histoire n'est rien d'autre qu'une magnifique anticipation de ce qui pourrait arriver un jour : Truman Burbank est un homme simple, travaillant dans une compagnie d'assurances, marié à une jolie jeune femme, entouré d'amis et de voisins charmants, et vivant dans une belle maison dans la localité paradisiaque de Seahaven. Ses 30 ans approchent bientôt, et rien ne devait perturber le cours des événements : seulement voilà, un homme qu'il croyait mort refait surface (au propre comme au figuré !) dans sa vie et va remettre en cause son existence d'abord, et sa conception du monde qui l'entoure ensuite...

 

Car ce qu'il ignore - et que nous apprenons dès les premières secondes du film - est que Truman est en fait le personnage principal involontaire d'une émission de type "télé-réalité" qui a été placé dans un studio gigantesque en plein Hollywood (d'où "Burbank" comme nom de famille de Truman) dans une ville créée de toutes pièces pour lui, avec des acteurs et des figurants en guise de population, voisins, amis, parents et épouse, et filmé par environ 5000 caméras ! Le créateur du concept de ce programme TV, Christof, est le maître incontesté des lieux : à la fois scénariste, dialoguiste et monteur, il ne laisse aucune place au hasard et est secondé par une équipe efficace...

 

Ce qui m'a séduit aussi vite dans ce film ? Plein de choses ! D'abord, l'histoire en elle-même : un prémisse de ce que pourrait être la télé-réalité si l'homme "cessait de se soucier de choses importantes" et n'hésitait pas à "aliéner son prochain pour en faire une bête de spectacle" - n'oublions pas que le film nous apprend avec horreur que Truman est l'acteur principal du programme car il a été le premier bébé adopté légalement par une société de production (puisque issu d'une grossesse non désirée). Ensuite, les acteurs du film sont absolument parfaits : Jim Carrey en Truman amuseur mais couvert de blessures émotionnelles, Laura Linney en femme idéale mais volontairement dévouée, Noah Emmerich en ami fidèle torturé par son statut d'acteur, Natascha McElhone en premier amour devenu militante pour la libération de Truman et Ed Harris qui incarne un Christ-of savamment omniscient et omnipotent.

 

Jim Carrey est d'autant plus parfait à mon avis qu'il incarne ce que nous voudrions tous être : un homme ordinaire qui lutte contre des apparences trompeuses et qui se bat pour découvrir la vérité en dépit de tous les stratagèmes mis en place pour l'arrêter ou le ralentir. Les réactions du public (souvent visibles dans le film) témoignent de l'empathie éprouvée pour Truman, ce qui confirme les propos de Christof tenus dans le film : Truman est porteur d'inspiration, d'espoir et de joie de vivre pour ses télespectateurs, d'où la nécessité de poursuivre le programme jusqu'à sa fin (la mort de Truman, donc). Mais comme je l'ai dit, les apparences sont trompeuses et ce sont des petites erreurs qui vont peu à peu amener Truman à prendre conscience de la réalité du monde qui l'entoure et de son statut de "star" : des inconnus qui semblent le connaître, sa femme qui récite un texte pré-mâché (faisant ainsi de la publicité pour un produit donné) en pleine discussion de couple, des décors rajoutés à la hâte devant ses yeux ébahis, et j'en passe et des meilleures...

 

Je ne peux pas faire l'impasse sur la magnifique musique de Burkhard Dallwitz et de Philip Glass, envoûtante et extraordinaire. Je ne peux pas ignorer les décors magnifiques et subtils, dignes du Village de la mythique série britannique "Le Prisonnier" de Patrick McGoohan et George Markstein (1967-1968). Je ne peux enfin pas dissimuler l'émotion forte que je ressens lors de deux scènes totalement géniales : lorsque Truman achève son voyage en bateau sous l'air du morceau "Father Kolbe's Preaching" majestueusement joué par l'Orchestre Philarmonique National de Pologne qui m'arrache souvent des larmes, morceau qui se poursuit lors de la scène suivante pendant laquelle Truman dialogue avec Christof en levant les yeux au ciel. Sans oublier les dernières secondes implacablement désarmantes du film, mais je n'en dis pas davantage : je risquerais de vous gâcher le plaisir de son visionnage.

 

"Et vous, qui vous regarde ?" est l'accroche française du film : une phrase pertinente, d'autant que je me souviens avoir quitté la salle de cinéma (en 1998) en regardant tout autour de moi, de peur d'être filmé à mon insu par des caméras dissimulées n'importe où ! Mais j'adore aussi l'accroche anglaise - "On the air. Unaware." ("A l'antenne. Sans s'en rendre compte.") - qui ne fait que confirmer tout le bien que je pense de cet excellentissime film que je vous recommande grandement !

 

P.S. : "L'homme authentique" dans le titre de cet article, c'est bien sûr la traduction de "True man" (= "homme vrai"), homophone de Truman, le prénom du héros.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Didinette 10/11/2011 21:41


Good morning, and in case I don’t see ya, good afternoon, good evening, and good night!

J'adore J'adore j'adore J'adore votre article!
Merci pour cette perles cinématographique que vous m'avez fais découvrir!
Le dvd est bien au chaud chez moi, je ne le lacherais pour rien au monde !


ildblog 10/11/2011 21:55



Je suis si heureux de t'avoir fait découvrir un beau film ! Toi qui m'as présenté les monumentaux "Sweeney Todd", "Kick Ass" et "Inception"...


De gros gros bisous à ma fille chérie !