Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de ildblog

Citation 2 : "The Changing of the Guard"

4 Juillet 2011 , Rédigé par ildblog Publié dans #Citation

La citation suivante est extraite d'une épisode de la troisième saison de la série "The Twilight Zone" diffusé le 1er juin 1962 aux Etats-Unis - l'épisode portait le titre mentionné dans le titre de mon article.

 

Alors qu'il s'apprête à partir en vacances de Noël, le Professeur Ellis Fowler est informé par son Principal qu'il est poussé vers la retraite après 51 ans de bons et loyaux services. Lors de cet épisode, le monologue suivant est prononcé par le Professeur Fowler (incarné par Donald Pleasance) et tiré du livre The Twilight Zone Companion écrit par Marc Scott Zicree (page 290) :

 

"They all come and go like ghosts. Faces, names, smiles, the funny things they said or the sad things, or the poignant ones. [He pauses thoughtfully] I gave them nothing, I gave them nothing at all. Poetry that left their minds the minute they themselves left. Aged slogans that were out of date when I taught them. Questions dear to me that were meaningless to them. I was a failure, [...] an abject, miserable failure. I walked from class to class an old relic, teaching by rote to unhearing ears, unwilling heads. I was an abject, dismal failure - I moved nobody. I motivated nobody. I left no imprint on anybody. [He puts on his glasses and smiles] Now, where do you suppose I ever got the idea that I was accomplishing anything ?"

 

... traduit par moi-même :

 

"Ils arrivent et s'en vont tous comme des fantômes. Leurs visages, leurs noms, leurs sourires, ce qu'ils ont dit de drôle ou de triste, ou de touchant. [Il fait une pause et réfléchit] Je ne leur ai rien donné, je ne leur ai rien donné du tout. De la poésie qui a quitté leurs esprits dès qu'ils sont eux-mêmes partis. De vieux slogans qui étaient démodés lorsque je les ai enseignés. Des questions qui étaient importantes à mes yeux et vides de sens pour eux. J'étais un raté, [...] un minable, misérable raté. J'ai marché de classe en classe, telle une vieille relique, en récitant par coeur mon enseignement à des têtes sans oreilles et sans volonté. J'étais un minable et piètre raté - je n'ai ému personne. Je n'ai motivé personne. Je n'ai laissé aucune empreinte sur personne. [Il met ses lunettes et sourit] Mais comment ai-je bien pu m'imaginer que j'accomplissais quoi que ce soit ?"

 

Une bien belle citation qui résume le lourd fardeau qui peut parfois obscurcir l'esprit d'un professeur. A méditer...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Quichtine 28/08/2011 18:32


Voilà qui remonte le moral à quelques jours de la rentrée...


ildblog 29/08/2011 07:22



Mais ça va aller ! Et puis, l'épisode de "Twilight Zone" se termine bien quand même !!



Valérie 05/07/2011 01:12


je pense tout le contraire de toi, super prof! Bisous!