Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de ildblog

"Rogue One" : enfin un vrai-faux "Star Wars" !

11 Avril 2017 , Rédigé par ildblog Publié dans #Exclame-toi - parasite ! (= critique)

L'affiche française du film

L'affiche française du film

Bonjour à toutes et à tous !

 

Enfin ! Grâce à mon cher Grand David, j'ai pu poser mes mirettes sur le dernier film issu de l'univers "Star Wars", j'ai nommé "Rogue One" ! Après avoir pas du tout aimé "Star Wars Episode VII" (lire : http://ildblog.over-blog.fr/2015/12/star-wars-vii-ou-le-reveil-forcement-force-de-la-force.html), qu'allais-je éprouver devant ce nouvel opus ? La Force allait-elle enfin se réveiller en moi ? Pourquoi ma question précédente me rappelle-t-elle cruellement ce que dit parfois ma femme ?! ^^

 

Bon, déjà, Grand David me disait avant visionnage qu'il avait pas accroché : ça commençait bien ! Et avant de commencer, je culturationne mes lecteurs : le mot "rogue" signifie en anglais "personne malhonnête ou sans valeur, vagabond" alors qu'en français, ça signifie "qui est arrogant, avec une nuance de raideur et de rudesse". Ca, c'est fait !

 

D'abord, ce qui surprend totalement - et donc déboussole fondamentalement - est l'absence du générique culte de "Star Wars" au début du film. "Rogue One" commence donc avec un flashback nous narrant le choix de cet homme qui met à l'abri sa petite fille des griffes de l'Empire - cet homme, apprend-on, est le cerveau derrière la création de l'Etoile de la Mort, la machine à détruire les planètes apparaissant à la toute fin du III, mais surtout dans le IV et aussi dans le VI ! Plusieurs années passent, la petite fille devient jeune femme travaillant dans un camp de l'Empire mais se fait libérer par des combattants de l'Alliance. Après quoi, la demoiselle et les rebelles se rendent sur une autre planète, dans la ville de Jedha, pour récupérer le message laissé pour cette fille par son père. Une fois le message reçu, Jedha est détruite par l'Etoile de la Mort - une démonstration de force. La femme et les rebelles se rendent sur la planète abritant le laboratoire de l'Empire et y retrouvent le père qui meurt dans les bras de sa fille lors d'un combat entre rebelles et méchants. De retour à la base de l'Alliance, les rebelles ne parviennent pas à décider unanimement d'une action face à l'Etoile de la Mort qui, pour beaucoup encore, reste une affabulation. C'est alors que la femme et un groupe de rebelles décident de prendre eux-mêmes les choses en main en "réquisitionnant" un vaisseau afin de se rendre sur la planète Scarif où se trouvent les plans de l'Etoile de la Mort. Ces fameux plans ne seront pas faciles à extraire et leur transmission aux rebelles de l'Alliance, venus leur prêter main forte, ne sera pas de tout repos, mais de nombreux rebelles et la demoiselle périront sous le feu des méchants et de l'Etoile de la Mort. A la toute fin, les données de l'Etoile de la Mort sont transmises à une certaine princesse vêtue de blanc dans un vaisseau rebelle qui s'apprête à passer en vitesse-lumière alors qu'il est poursuivi par un certain Dark Vador : le film s'arrête donc quelques secondes avant que ne débute "Un Nouvel Espoir", alias "Star Wars Episode IV". Et là, on a ENFIN droit au générique de fin que l'on connaît tous...

 

Soyons tout de suite francs : le film n'a pas du tout emballé ma femme. Quant à moi, j'avoue que j'ai davantage de reproches que d'éloges à faire à ce film.

 

Au niveau des éloges : visuellement, c'est beau. Voilà !

 

Au niveau des reproches, je crois que tout tient dans cette citation de Kathleen Kennedy, qui est juste productrice du film : « Tous ceux qui ont vu "Star Wars" connaissent cette histoire, le fait qu'avant l'épisode IV des rebelles ont volé les plans de l'Etoile de la Mort (1). Donc, c'était un bon sujet pour, d'un côté, faire plaisir aux fans (2), et de l'autre, présenter de nouveaux personnages et de nouvelles planètes (3). Les histoires qu'on raconte à travers les "Star Wars" [...] sont difficiles à trouver et à mettre au point (4). Donc, quand Disney a voulu lancer cette série de films indépendants, je me suis dit que ça risquait vraiment de devenir n'importe quoi. Ça me semblait très dangereux pour l'image de la saga, surtout quand on voit comment les suites, prequels, et reboots se sont multipliés à tort et à travers ces dernières années (5). Mais je me suis dit que ces films pourraient fonctionner s'ils étaient totalement isolés du reste de la saga. En les dissociant de l'histoire principale, cela éliminait la plupart des problèmes, tout en nous permettant d'expérimenter de nouvelles choses (6).» (citation extraite de Wikipedia France).

 

(1) Oui, nous qui avons vu "Star Wars", nous connaissons cette histoire des rebelles qui ont volé les plans de l'Etoile de la Mort.

 

(2) Encore une fois, c'est là le noeud du problème, ce que je reproche autant à "Rogue One" qu'à "Star Wars Episode VII" : c'est fait pour faire plaisir aux fans. Pourquoi faire plaisir est-il un problème selon moi ? Parce que le film se contente de faire plaisir. On nous ressert les mêmes personnages que dans l'Episode IV : Moff Tarkin et Leïa en images de synthèse, genre en vrai mais pas tout à fait, Dark Vador avec son thème musical ultra connu - et qui pourtant semble sonner faux dans le film. On nous donne à voir une bataille spatiale digne de celle de l'Episode VI autour de la lune d'Endor. Mais voilà, les mots ont été dits : c'est pour "nous faire plaisir" - genre "tiens, le chien-chien, voilà un os : attrape-le !", et nous, en bons toutous, on court récupérer le nonoss ! Bref, non, "Rogue One" n'apporte rien de crucial à l'univers "Star Wars", il en raconte juste une portion - portion qui plus est congrue et qui ne constitue en rien un maillon fort. La preuve : mon résumé ci-avant ne mentionne aucun nom de personnages parce qu'à vrai dire, est-ce si important ?

 

(3) Ben, encore heureux qu'il y a des nouveaux personnages et des nouvelles planètes !

 

(4) Des histoires difficiles à trouver ?! Oui, c'est clair, quand on regarde l'Episode VII, on se dit qu'ils auraient mieux fait de rester couchés au lieu de pondre ça...

 

(5) C'est quand même sidérant de lire ça de la bouche de la productrice de "Star Wars" ! Quand le monstre échappe soi-disant à ses créateurs, il faut faire attention à l'image qu'on en donne !

 

(6) Et là, le couperet tombe, celui qui a motivé le titre de mon présent article : "Rogue One" est en fait un vrai-faux "Star Wars". On le "dissocie de l'histoire principale", dites-vous, madame Kennedy ? Pas du tout, puisqu'il est de facto chronologiquement situé entre les Episodes III et IV, et se paye même le luxe d'être la préquelle directe de l'Episode IV. Qui plus est, je trouve mesquin de dire que faire des préquelles et des reboots est un mal dans l'univers "Star Wars", vu qu'il existe tant de créations à l'intérieur de cet univers fouillé ("Legends", "Clone Wars", et j'en passe) : madame Kennedy aurait-elle vaguement oublié que George Lucas lui-même avait créé des préquelles avec les Episodes I, II et III ? Et puis, honnêtement, le coup de nous dire qu'on "expérimente" de nouvelles choses, alors qu'en fait on évolue dans une chronologie déjà explorée avec une base solide, ça me fait doucement rire. J'ai beaucoup plus de respect pour Lucas quand il a réalisé les Episodes I / II / III qui, à leur époque, ont constitué une prise de risque bien plus ambitieuse que "Rogue One" aujourd'hui. Bref, on veut faire un "Star Wars", mais sans en faire un vrai. On reprend l'intrigue principale, mais on dit que c'est en fait un film satellite qui est, pour citer madame Kennedy, "totalement isolé de la saga", au point que même le grandiloquent générique avec menu défilant est sciemment abandonné - les fans peuvent quand même faire cette petite concession, au vu de ce qu'on leur sert dans ce film, non ?! Mais pour faire du "Star Wars", on a quand même gardé le "A long time ago, in a galaxy far far away..." - ben oui, faut un minimum, quand même !

 

Et dire qu'il y aura encore deux autres vrai-faux films dans l'univers "Star Wars" ! Comment vous dire aussi aimablement que possible que je n'y attacherai pas la moindre importance ? Car, voyez-vous, entre "Star Wars Episode VII" et "Rogue One", le toutou que je suis décide fièrement de rentrer dans sa niche !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

G. David 11/04/2017 13:28

Au moins on se rejoint sur un point, c'est clairement pas LE film Star Wars à aller voir. Après l'avoir vu, je n'ai pas eut de regret de l'avoir loupé au cinéma. Ce qui est marrant c'est que le film nous a décu pour différente raison. Perso, moi, les cameos (Tarkin, Vader, Leia) et l'histoire déjà connue, cela ne me dérange pas. J'ai bien aimé le VII, même si je l'admet c'était juste l'histoire du IV refaite 40 ans après. Ce qui m'a déçu c'est l'absence de personnage, à part K2, ils ont autant de personnalité qu'une huitre (pour les meilleurs) ou qu'un cailloux (pour les autres). Et, alors que je l'ai vu il y a quelques jours, que j'ai passé un bon moment sur TvTrope à lire au sujet de ce film. Je suis incapable de me rappeler du moindre nom d'un des nouveaux personnages. Pour moi, c'est K2, la fille, le gars à la force et les autres ... moyen comme casting, ajoutez à cela le gros "fuck" fait à l'épisode IV ("Beaucoup de bothans sont morts pour nous fournir les plans de l'étoile de la mort" ... bah finalement ils sont mort hors champs, sans jouer de rôle important, ils étaient là et pou...pouf n'étaient plus là... Où alors c'est un mensonge de la rébellion pour fanatiser les pilotes!). Maintenant, à la fin je n'ai pas regretté de l'avoir vu mais c'est un film fast food : vite vu, vite oublié, et on n'y reviendra pas.